Philacanada - Le plongeur - 2 dollars 1975 - Timbre du Canada - Valeur des timbres canadiens

Vous êtes : Accueil » Timbres » Valeur » Le plongeur - 2 dollars 1975

Le plongeur - 2 dollars 1975 - Timbre du Canada

Le plongeur 1975 - Timbre du Canada

Caractéristiques

  • Quantité : 10 320 000
  • Date d'émission : 14 mars 1975
  • Imprimeur : Ashton-Potter Limited
  • Dentelure : 12.5 x 12
  • Scott : #657

Description

Robert Tait McKenzie, créateur des statues «Le coureur» et «Le plongeur» possédait de multiples talents. Son influence a marqué des milieux très différents, et il a inspiré artistes et militaires. Ses biographes l'ont d'ailleurs comparé aux grands maîtres de la Grèce antique. Qui aurait pu prévoir au moment de sa naissance à Almonte, en Ontario, en 1867, qu'il allait connaître une gloire aussi retentissante. McKenzie est issu d'une famille cultivée, originaire de la haute Écosse.Il paye ses études de médecine à l'Université McGill en travaillant comme arpenteur, bûcheron et commis pendant ses vacances d'été. Comme il n'est guère robuste il décide d'améliorer sa condition physique à l'université. Après deux ans à peine il remporte le championnat de gymnastique toutes catégories. Il s'essaie au saut en hauteur,à la course de haies, à la boxe et au football car il veut «trouver un équilibre physique qui lui permette de mieux pratiquer ses deux sports favoris, la natation et l'escrime». Après l'obtention de son diplôme, McKenzie devient directeur général et médical chargé de l'éducation physique à McGill et instructeur en chef du Gymnase. Il s'efforce avant tout d'obtenir les diplômes pour former des professeurs d'éducation physique, afin de faire connaître aux autres la joie de l'effort. Il tente de mettre sur pied une faculté d'éducation physique, mais ne parvient pas à réunir des fonds suffisants. À la fin de ses études, le jeune homme est déjà professeur d'anatomie et spécialiste en chirurgie orthopédique. Il se fait rapidement un nom grâce à ses recherches sur les problèmes de la colonne vertébrale. Il se crée une clientèle en dehors de l'université et il compte le Gouverneur général parmi ses patients. Pendant ses heures de loisir il peint des aquarelles. Bientôt McKenzie décide d'utiliser des statues pour ses cours et pour ses travaux de recherche. C'est à ce moment qu'il commence à sculpter. Il prend de l'assurance en réalisant quatre «masques d'expression» et commence à travailler sur «Le coureur». «Il s'agissait de montrer le physique idéal d'un coureur... en prenant les mensurations moyennes des athlètes accomplis.» Après trois essais, McKenzie parvient à surmonter son manque de formation artistique et sculpte une statue capable de supporter son propre poids. En réalisant «Le coureur» et «Le plongeur» il veut montrer la beauté d'un corps sain au moment de l'effort. L'artiste a maintes fois tenté de saisir les mouvements parfaits, d'une grâce suprême, des athlètes accomplis. Ses travaux en anatomie et en sport lui facilitent cette recherche. Un de ses contemporains déclarait à ce propos: «Depuis l'époque de la Grèce antique, aucun esthète n'a probablement vu défiler devant lui procession si longue et si variée d'hommes nus. En effet il a fait passer un nombre considérable d'examens médicaux... » McKenzie est convaincu que la statue d'un athlète illustre le lien qui existe entre les qualités physiques et spirituelles. Il croit fermement en cette union et c'est, sans doute, cette foi qui le pousse à apporter son soutien aux Jeux olympiques de l'ère moderne. Il espère que les artistes sauront percevoir dans cette manifestation l'expression de la beauté, de la force et de la virilité. En 1904 l'Université de Pennsylvanie engage McKenzie comme directeur de la faculté d'éducation physique. Dans ces fonctions il s'efforce d'inciter les jeunes à participer et non pas à se limiter au rôle de spectateur. Il craint en effet qu'un corps débile n'affaiblisse l'esprit et suppute que les étudiants qui détestent les sports échouent dans d'autres activités. Le sport doit donc faire partie intégrante de la vie de tous les jours et il faut que les résultats obtenus dans cette discipline comptent comme note de cours dans les écoles. Mais l'apport de McKenzie dans la société américaine se limite pas au monde universitaire. Il fonde les Scouts de Philadelphie ainsi que d'autres associations qui s'occupent de jeu en plein air, de médecine et de sport. Lorsque la guerre éclate McKenzie est appelé sous les drapeaux, et il a du mal à s'adapter à la vie militaire. Aussi décide-t-il de suivre un cours afin de se familiariser avec le système d'éducation physique en vigueur. Quelle n'est pas sa surprise lorsqu'il s'aperçoit que le livre de cours est de son crû. Il sert tour à tour dans les armées britannique, américaine, canadienne et française comme spécialiste en rééducation. Cette expérience le marque profondément. Les jeunes hommes qui ont été à la source de son inspiration sont engloutis dans la fournaise de la guerre. Après la guerre il consacre une grande partie de sa carrière de sculpteurà réaliser des monuments de guerre. Il s'attache surtout à glorifier la jeunesse qui se sacrifie, plutôt que l'honneur de la destruction. Sa dernière volonté est que son coeur soit enseveli devant l'un de ces monuments. En sculptant une telle oeuvre pour Almonte il redécouvre son attachement pour sa ville natale et y passe ses derniers étés. McKenzie meurt à Philadelphie en 1938. «Le plongeur» a été reproduit avec l'autorisation de la Galerie d'Art de l'Ontario, «Le coureur», grâce à l'amabilité du Centre national du sport et de la récréation d'Ottawa. Le dessin de ces timbres est l'oeuvre de M. Allan Fleming qui a utilisé des photos d'Eberhard Otto.
Canada. Ministère des Postes. [Communiqué de presse d'un timbre-poste], 1975.

Origine du visuel

D'après une sculpture de Robert Tait McKenzie
Conçu par Allan Robb Fleming
D'après une photographie de Eberhard Otto

Oeuvre original

Robert Tait McKenzie, « The Sprinter », 1902

Présentement sur Ebay

Note

Les valeurs affichées dans cette page sont en dollar canadien.

Une erreur est survenue. Veullez réessayer.
Abonnement réussi.

Infolettre
Abonnez-vous à l'infolettre pour recevoir les nouveautés par courriel.