Philacanada - Suzor-Côté, 1869-1937 - 50 cents 1969 - Timbre du Canada - Valeur des timbres canadiens

Vous êtes : Accueil » Timbres » Valeur » Suzor-Côté, 1869-1937 - 50 cents 1969

Suzor-Côté, 1869-1937 - 50 cents 1969 - Timbre du Canada

Suzor-Côté, 1869-1937 1969 - Timbre du Canada

Caractéristiques

  • Quantité : 6 300 000
  • Date d'émission : 14 mars 1969
  • Imprimeur : Canadian Bank Note Company, Limited
  • Dentelure : 12
  • Scott : #492

Valeur des timbres Suzor-Côté, 1869-1937 - 50 cents 1969

La valeur d'un timbre de Suzor-Côté, 1869-1937 - 50 cents 1969 varie en fonction de sa rareté, son état de conservation, de l'offre et la demande ansi que de plusieurs autres facteurs. Les valeurs affichées dans cette section sont basées sur le marché, les tendances, les enchères et les publications reconnues. Cette section regroupe également des informations concernant les caractéristiques et les erreurs et variétés.

Glisser

VGFVFFDC
Suzor-Côté, 1869-1937 - 50 cents 1969 0.73 $ 0.86 $ 0.98 $ 3.60 $
VGFVF
Suzor-Côté, 1869-1937 - 50 cents 1969 0.77 $ 1.00 $ 1.30 $
VGFVF
Suzor-Côté, 1869-1937 - 50 cents 1969 1.50 $ 2.00 $ 2.60 $

Description

Le centenaire de la naissance d'Aurèle de Foy Suzor-Côté, A.R.C.A., est rappelé par un timbre des Postes canadiennes qui porte une reproduction polychrome de son tableau Le retour de la récolte. Suzor-Côté est né à Arthabaska, au Québec, le 6 avril 1869. Il a la réputation d'être l'un des premiers artistes canadiens, nés dans notre pays, dont l'oeuvre, probablement à cause des rapports qu'il avait eus avec les peintres européens, a subi l'influence de l'impressionnisme qui, vers 1860, était en vogue dans les vieux pays. On l'a comparé à Monet, Whistler, Pissarro, Manet et à d'autres impressionnistes, à cause de ses paysages canadiens dont la luminosité est rehaussée par des touches de couleurs d'une pureté parfaite. La diversité de ses oeuvres et son penchant vers l'impressionnisme sont mis en évidence par ses quelques 40 ou 50 statuettes en bronze de personnages ou groupes, d'une exécution parfaite

Le talent de Suzor-Côté pour les arts, qu'avait encouragé son père, lui-même un artiste, se manifesta de bonne heure au cours de son exixtence. Lorsqu'il eut terminé ses études au Collège du Sacré-Coeur, à Arthabaska, il prit un intérêt particulier aux oeuvres des grands maîtres qu'il chercha à reproduire avec une fidélité minutieuse. Le destin lui montra la voie qui devait donner un héritage artistique à son pays et lui valoir une réputation internationale. A son départ pour Paris en 1890, il avait décidé de faire du chant sa carrière. Doté d'une excellente voix de baryton, il décida d'entrer au Conservatoire de Musique au lieu de l'École des Beaux-Arts. Une laryngite, suivie d'une intervention chirurgicale ayant endommagé ses cordes vocales, marqua la fin de la carrière brillante qui s'ouvrait devant lui comme chanteur d'opéra. Se tournant alors vers la peinture et la sculpture, Suzor-Côté suivit des cours à l'École des Beaux-Arts et aux académies Julian et Colarossi.

Sa 1re exposition eut lieu en 1894 au Salon des Artistes français. Plusieurs des ses oeuvres furent primées et, quelques années plus tard, son tableau La mort d'Archimède remporta le Grand Prix du Salon de Paris. Suzor-Côté entreprit de nombreux voyages en Europe pour se familiariser avec le style d'autres peintres et s'inspirer de la beauté de nouveaux paysages. Mais le désir de revoir son pays natal finit par l'emporter, et, en 1908, il revint au Canada. Dans son studio de Montréal, il poursuivit sa carrière en exécutant des tableaux classiques de paysages canadiens. Susor-Côté n'était vraiment heureux que lorsqu'il pensait avoir fait oeuvre parfaite; d'après ce qu'on dit à ce sujet, il lui arrivait de faire de légères retouches à un tableau pendant plusieurs semaines, alors que bien d'autres auraient considéré l'oeuvre comme achevée. En 1929, Suzor-Côté devait de nouveau subir les atteintes de la maladie. Il s'installa alors à Daytona Beach, en Floride, où il décéda le 29 janvier 1937. Le tableau de Suzor-Côté, choisi comme thème du nouveau timbre, a été peint en 1903 au cours d'un séjour en Europe.

Origine du visuel

D'après une peinture de Marc-Aurèle de Foy Suzor-Côté

Oeuvre original

Marc-Aurèle de Foy Suzor-Côté, « Retour des champs », 1903
Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa, Ontario

Note

Les valeurs affichées dans cette page sont en dollar canadien.