Philacanada - Organisation internationale du travail, 1919-1969 - 6 cents 1969 - Timbre du Canada - Valeur des timbres canadiens

Vous êtes : Accueil » Timbres » Valeur » Organisation internationale du travail, 1919-1969 - 6 cents 1969

Organisation internationale du travail, 1919-1969 - 6 cents 1969 - Timbre du Canada

Organisation internationale du travail, 1919-1969 1969 - Timbre du Canada

Caractéristiques

  • Quantité : 30 700 000
  • Date d'émission : 21 mai 1969
  • Imprimeur : British American Bank Note Company
  • Dentelure : 12 x 12.5
  • Scott : #493

Valeur des timbres Organisation internationale du travail, 1919-1969 - 6 cents 1969

La valeur d'un timbre de Organisation internationale du travail, 1919-1969 - 6 cents 1969 varie en fonction de sa rareté, son état de conservation, de l'offre et la demande ansi que de plusieurs autres facteurs. Les valeurs affichées dans cette section sont basées sur le marché, les tendances, les enchères et les publications reconnues. Cette section regroupe également des informations concernant les caractéristiques et les erreurs et variétés.

Glisser

VGFVFFDC
Organisation internationale du travail, 1919-1969 - 6 cents 1969 0.03 $ 0.06 $ 0.09 $ 1.00 $
VGFVF
Organisation internationale du travail, 1919-1969 - 6 cents 1969 0.03 $ 0.06 $ 0.09 $
VGFVF
Organisation internationale du travail, 1919-1969 - 6 cents 1969 0.06 $ 0.11 $ 0.17 $

Description

Les efforts soutenus de l'Organisation internationale du travail, qui vise à promouvoir un état de paix durable par l'établissement d'une justice sociale, sont rappelés par un timbre des Postes canadiennes qui marque le cinquantenaire de l'établissement de cet organisme international en 1919. Issue des accords de paix qui ont suivi les ravages occasionnés par la première guerre mondiale, O.I.T. a été établie le 11 avril 1919 dans le cadre du Traité de Versailles. Sa devise a toujours été: «La pauvreté, où qu'elle soit, met la prospérité en danger». La structure unique de cette institution tripartite, qui englobe les gouvernements, les employeurs et les travailleurs, a prouvé qu'elle est une force active qui a aidé l'organisation à survivre, même après que la Ligue des Nations fut dissoute à la fin de la deuxième guerre mondiale. En 1946, l'O.I.T. fut le premier organisme spécialisé important à relever d'une nouvelle institution mondiale, les Nations unies.

Le Canada, qui est un des fondateurs de l'O.I.T. et qui l'a vigoureusement soutenue pendant cinq décennies, lui porte un intérêt quasi paternel qui est dû au fait que Montréal en a été le siège, de 1940 à 1947, lorsqu'il lui a fallu chercher refuge loin des atteintes de la guerre qui sévissait en Europe. En 1947, l'O.I.T. revint, à titre permanent, au siège de Genève, en Suisse. Le congrès international du travail, autorité suprême de l'O.I.T., se réunit tous les ans; chaque pays-membre y délègue quatre représentants , deux de la part du gouvernement, un de la part des employeurs et un de la part des travailleurs. Les représentants des employeurs out des travailleurs ne sont pas tenus de faire cause commune avec les représentants de leur gouvernement. Le nombre de pays membres, qui était de 52 en 1948, est passé à quelque 115. Les fonds du budget annuel, qui dépasse seize millions de dollars, proviennent des cotisations des pays-membres. Les normes internationales de travail sont établies à la suite de délibérations où se discutent les problèmes sociaux et les problèmes du travail. Les plans, établis d'avance, de la célébration du cinquantenaire de l'O.I.T., qui dure une année entière, comprennent l'établissement d'un programme d'emploi à l'échelle mondiale. Un comité exécutif, ou Conseil d'administration, comprenant 48 membres, se réunit habituellement quatre fois par an; il est formé de 24 représentants du governement, de 12 représentants des employeurs et 12 représentants des travailleurs.

D'après certains commentateurs, Platon aurait, il y a 2500 ans, tenté de définir le concept de la justice, tel que le comprenait la société grecque de l'époque. Il était convaincu que chaque individu devrait vivre dignement et librement, et que chacun devrait améliorer son talent pour en faire profiter la société entière. La révolution industrielle, dont l'impulsion s'est accélérée au cours du XIXe siècle, a entraîné des changements sociaux profonds, qui ont fortement remué la conscience humaine. En 1891, un congrès international tenu à Berlin, où 14 pays étaient représentés, a proposé d'interdire l'emploi des femmes, et des enfants âgés de moins de 14 ans, dans les mines; d'autres suggestions ont été faites concernant l'interdiction de faire travailler des enfants âgés de moins de 12 ans. Bien qu'il n'ait pas réalisé ses espoirs immédiatement, le congrès de Berlin a donné lieu à la tenue d'une série d'autres congrès internationaux et, éventuellement, à l'établissement de l'O.I.T. dont l'objectif, franchement avoué, est qu'une paix durable, reposant sur la justice sociale, règne universellement dans le monde. Le timbre de l'O.I.T., qu'a émis le Canada, est l'oeuvre d'un dessinateur montréalais, Julien Hébert, qui a vu le jour à Rigaud au Québec. Le symbole de l'Expo, dessiné par M. Hébert, est bien connu de millions de personnes au Canada et dans le monde entier. La liste imposante de ses réalisations dans le domaine du dessin comprend un plafond suspendu exécuté pour le nouveau théâtre de l'Opéra, au Centre national des Arts d'Ottawa.

Origine du visuel

Conçu par Julien Hébert
Scène gravée par George Arthur Gundersen

Note

Les valeurs affichées dans cette page sont en dollar canadien.