Philacanada - Oiseau-tonnerre - 8 cents 1973 - Timbre du Canada - Valeur des timbres canadiens

Vous êtes : Accueil » Timbres » Valeur » Oiseau-tonnerre - 8 cents 1973

Oiseau-tonnerre - 8 cents 1973 - Timbre du Canada

Oiseau-tonnerre 1973 - Timbre du Canada

Caractéristiques

  • Quantité : 13 700 000
  • Date d'émission : 28 novembre 1973
  • Imprimeur : British American Bank Note Company
  • Dentelure : 12.5 x 12
  • Scott : #568

Description

L'algonquin est une famille de langues apparentées qui se parlaient sur un vaste territoire du Canada. Quand les Européens ont débarqué pour la première fois sur les côtes de notre continent, les Algonquins occupaient en entier la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard, la plus grande partie du Québec, le nord de l'Ontario et une partie des Prairies. Les tribus algonquines qui peuplaient les vastes régions boisées de l'Est du Canada étaient les Chippewas, les Cris, les Algonquins, les Montagnais, les Micmacs et les Malecites. Les deux timbres de cette émission, la seconde paire d'une série de quatre timbres en l'honneur des Algonquins, dépeignent plus particulièrement leurs costumes et leurs symboles graphiques. Tous les Algonquins étaient vêtus de peaux et de fourrures. Les hommes portaient des guêtres, des jarretières, un pagne, une ceinture, une chemise et une sorte de coiffure. Les femmes étaient vêtues de guêtres et d'une jupe enveloppante. Hommes et femmes s'enroulaient dans des couvertures en fourrure et portaient des mocassins à semelle souple. Les chemises et les guêtres étaient d'habitude faites en peau de daim. Les Algonquins tissaient une étoffe avec des poils de bison et la teignaient parfois en noir, en jaune ou en rouge sombre. Avant l'arrivée des Blancs, les vêtements étaient ornés de motifs peints, de piquants de porc-épic teints ou de broderies en poils d'orignal. L'oiseau-tonnerre représenté sur le timbre décoratif s'inspire d'une ceinture algonquine. Pour les Algonquins les croyances religieuses étaient d'une grande importance, par exemple l'au-delà, la guérison des malades, les rapports avec les humains et avec les morts. Les cérémonies rituelles étaient exécutées par des chamanes qui possédaient des pouvoirs surnaturels empruntés au monde des esprits. Les Indiens croyaient que des forces surnaturelles habitaient le soleil, le feu, la mer, les points cardinaux, les roches, les plantes et les animaux. Les esprits étaient donc nombreux. L'oiseau-tonnerre était un des esprits les plus puissants, de même que l'esprit de l'ours. Toutes les tribus algonquines s'adonnaient pour survivre à la chasse, à la pêche, à la récolte de fruits sauvages et à l'agriculture. Ils cultivaient le maïs, la fève et la citrouille. Pendant une partie de l'année, les Indiens étaient relativement sédentaires. Ils construisaient donc soigneusement leurs wigwams en écorce de bouleau et ils possédaient souvent des articles de ménage variés, comme des plats, des ustensiles, des pots, des outils, des objets religieux et des jeux. La peinture représentant le costume algonquin est l'oeuvre de M. Lewis Parker, de Toronto. M. Georges Beaupré, de Montréal, s'est occupé de la typographie de toute la série, et il a également dessiné le timbres des symboles graphiques.
Canada. Ministère des Postes. [Communiqué de presse d'un timbre-poste], 1973.

Origine du visuel

Conçu par Georges Beaupré
Scène gravée par George Arthur Gundersen

Présentement sur Ebay

Note

Les valeurs affichées dans cette page sont en dollar canadien.