Philacanada - Objets façonnés - 8 cents 1973 - Timbre du Canada - Valeur des timbres canadiens

Vous êtes : Accueil » Timbres » Valeur » Objets façonnés - 8 cents 1973

Objets façonnés - 8 cents 1973 - Timbre du Canada

Objets façonnés 1973 - Timbre du Canada

Caractéristiques

  • Quantité : 13 700 000
  • Date d'émission : 21 février 1973
  • Imprimeur : British American Bank Note Company
  • Dentelure : 12.5 x 12
  • Scott : #566

Description

L'Algonquin est une famille de langues apparentées qui se parlaient sur un vaste territoire du Canada. Quand les Européens ont débarqué pour la première fois sur les côtes de notre continent, les Algonquins occupaient en entier la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard, la plus grande partie du Québec, le nord de l'Ontario et une partie des Prairies. Les tribus algonquines qui peuplaient les vastes régions boisées de l'Est du Canada étaient les Chippewas, les Cris, les Algonquins, les Montagnais, les Micmacs et les Malecites. L'écorce de bouleau constituait le matériel le plus important pour les Indiens Algonquins, qui habitaient les régions boisées de l'est. On s'en servait pour construire des canots, des wigwams et plusieurs sortes de contenants. Les Algonquins, qui formaient une tribu plus ou moins structurée, habitaient les versants nord et sud de la vallée de l'Outaouais, depuis Ottawa jusqu'au lac Nipissing. Chasseurs et pêcheurs de nature, ils se nourrissaient principalement de chevreuil, de lapin, ainsi que de baies et de poisson. Le territoire des Maskégons s'étendait du lac Mistassini, au Québec, jusqu'au lac Winnipeg, et du territoire des Chippewas, au sud, jusqu'à celui des Indiens des régions subarctiques, au nord. Ordinairement considérés comme un tribu, les Cris représentaient en réalité une série de bandes, chacune se fusionnaient à des groupes adjacents. Dans la vaste région qu'ils habitaient, le gibier étant rare, ils comptaient principalement pour survivre sur l'orignal, le chevreuil, le caribou et le lapin. Les Chippewas habitaient la vaste région boisée à l'ouest de la vallée de l'Outaouais, entre le territoire des Cris du nord et celui des Iroquois des Grands lacs, au sud. Chaque bande de Chippewas tendait à avoir son propre dialecte et genre de vie, de sorte qu'il existait des différences marquées entre les Chippewas de l'ouest et ceux de l'est. En général, ces chasseurs des bois et pêcheurs se nourrissaient de baies et de riz sauvage pour compléter le produit de leur chasse; ce qui les obligeait à émigrer pendant certaines saisons. L'hiver, ils se dispersaient en petits groupes de familles et se retiraient dans une région de chasse préférée. Au printemps, ils recueillaient la sève des érables, et l'été, se rassemblaient en villages plus grands pour planter du maïs. En automne, ceux qui habitaient près du sault Sainte-Marie recueillaient le riz sauvage et pêchaient le poisson blanc. Les Malecites et les Micmacs habitaient les Maritimes. Ils s'adonnaient surtout à la chasse, ainsi qu'à la pêche des crustacés, et cultivaient le maïs dans le sud du Nouveau-Brunswick. Les Naskapis habitaient le nord du Québec. Les Français appelaient les bandes du sud-ouest les Montagnais; ceux-ci appartiennent, du point de vue culturel et linguistique, au groupe Algonquin. Ils étaient peu nombreux, et leur culture, leur art ainsi que leur structure politique étaient extraordinairement simples parce que leur milieu fournissait très peu de ressources. La peinture anonyme «Indiens Micmacs» est reproduite avec l'obligeante autorisation de la Galerie nationale du Canada. Les objets façonnés, photographiés par Ray Webber, sont tirés des collections du Musée national de l'Homme, du Royal Ontario Museum et de Mme Alika Podolinsky-Webber. Ce sont, de gauche à droite: un panier en écorce de bouleau, oeuvre d'un Tête-de-Boule (les Tête-de-Boule sont une branche des Chippewas); un porte-bébé en bois (oeuvre d'un Chippewa); une paire de raquettes d'un petit Montagnais; un panier en écorce de bouleau, oeuvre d'un Malecite; une boîte en écorce de bouleau, oeuvre d'un Montagnais; un couteau de Montagnais; enfin, un panier en écorce de bouleau fait par un Micmac et garni de poils de porc-épic. M. Georges Beaupré s'est occupé de la typographie et de la maquette des deux timbres.
Canada. Ministère des Postes. [Communiqué de presse d'un timbre-poste], 1973.

Origine du visuel

Conçu par Georges Beaupré
D'après une photographie de Ray Webber

Présentement sur Ebay

Note

Les valeurs affichées dans cette page sont en dollar canadien.