Philacanada - La Mère et l'Enfant - 6 cents 1968 - Timbre du Canada - Valeur des timbres canadiens

Vous êtes : Accueil » Timbres » Valeur » La Mère et l'Enfant - 6 cents 1968

La Mère et l'Enfant - 6 cents 1968 - Timbre du Canada

La Mère et l'Enfant 1968 - Timbre du Canada

Caractéristiques

  • Quantité : 74 000 000
  • Date d'émission : 15 novembre 1968
  • Imprimeur : Canadian Bank Note Company, Limited
  • Dentelure : 12
  • Scott : #489

Valeur des timbres La Mère et l'Enfant - 6 cents 1968

La valeur d'un timbre de La Mère et l'Enfant - 6 cents 1968 varie en fonction de sa rareté, son état de conservation, de l'offre et la demande ansi que de plusieurs autres facteurs. Les valeurs affichées dans cette section sont basées sur le marché, les tendances, les enchères et les publications reconnues. Cette section regroupe également des informations concernant les caractéristiques et les erreurs et variétés.

Glisser

VGFVFFDC
La Mère et l'Enfant - 6 cents 1968 0.03 $ 0.06 $ 0.09 $ 1.20 $
VGFVF
La Mère et l'Enfant - 6 cents 1968 0.03 $ 0.06 $ 0.09 $
VGFVF
La Mère et l'Enfant - 6 cents 1968 0.06 $ 0.11 $ 0.17 $

Description

Les thèmes des timbres canadiens de Noël pour 1968 se fondent sur une forme unique d'art, propre à une race dont le lieu d'habitation est la région glaciale et lointaine de l'extrême Nord. Des écrivains, dont l'autorité en la matière ne peut être mise en doute, signalent avec insistance que rares sont les formes d'art, où qu'il soit pratiqué dans le monde, qui aient donné lieu à tant de renseignements erronés. Entre autres choses, ils mettent en doute certaines observations selon lesquelles la sculpture esquimaude serait la dernière expression d'un art indigène, dont le naturel n'a pas été touché par des facteurs extérieurs. Il est certain que l'origine de la sculpture esquimaude est aussi inconnue que celle de la race elle-même. Les chercheurs affirment que l'art esquimau a subi de nombreux changements au cours de l'histoire connue de cette race, histoire qui remonterait à des milliers d'années. La dimension des objets sculptés est l'une des indications que l'on possède au sujet de ces changements; on sait qu'aux ères primitives les objets étaient sans exception assez petits. Il s'agissait de représentations en miniature d'articles d'usage quotidien que l'on déposait fréquemment dans la sépulture d'un membre décédé de la tribu, avec la certitude qu'il n'aurait aucune difficulté à leur donner des dimensions normales lorsqu'il en aurait besoin.

Les déplacements migratoires des peuplades aux ères primitives semblent avoir empêché la production d'objets de plus grande dimension, car il fallait à tout prix éviter de se charger de fardeaux encombrants. Le matériel utilisé pour la sculpture a également changé avec le temps. On avait d'abord préféré l'ivoire, mais celui-ci fut plus tard abandonné et remplacé de façon générale par la stéatite, une variété de talc solide à l'état brut. D'après les archéologues, on n'a découvert que fort peu de sculptures esquimaudes en stéatite de l'époque préhistorique. En fait, on n'en a mis au jour qu'un seul spécimen dans l'Arctique canadien, un objet-miniature déterré à Igloolik et dont l'âge se situerait entre 500 et 1300 ans A.D.

Les objets en stéatite sont polis avec de la poussière de pierre et, une fois ce travail terminé, sont la plupart du temps immergés dans l'huile de phoque pour leur donner un meilleur lustre. L'Esquimau tente parfois de sculpter l'image d'un animal qu'il n'a jamais vu. On explique son besoin de le faire par le concept primitif que, si l'on obtient une bonne représentation d'un être ou objet, on lui donne en quelque sorte une existence réelle. La sculpture choisie comme thème d'un des 2 timbres est celle de La Mère et l'Enfant, oeuvre de Munamee, du cap Dorset, dans la terre de Baffin. Cette sculpture a été offerte à Sa Majesté la reine Elisabeth, à Halifax, au nom du peuple canadien, pendant la visite royale de 1951. La 2e figurine a comme thème le Groupe de famille, sculpture dont l'auteur est inconnu, mais dont le musée d'art de Winnipeg a fait l'acquisition en 1960 pour l'ajouter à sa collection permanente.

Origine du visuel

D'après une sculpture de Munamee
D'après une conception de George Sarras Fanais
Conçu par Harvey Thomas Prosser

Oeuvre original

Munamee, « Mother and Child », 1951
Royal Collection, Londres, Royaume-Uni

Note

Les valeurs affichées dans cette page sont en dollar canadien.