Philacanada - Hon. George Brown, 1818-1880 - 5 cents 1968 - Timbre du Canada - Valeur des timbres canadiens

Vous êtes : Accueil » Timbres » Valeur » Hon. George Brown, 1818-1880 - 5 cents 1968

Hon. George Brown, 1818-1880 - 5 cents 1968 - Timbre du Canada

Hon. George Brown, 1818-1880 1968 - Timbre du Canada

Caractéristiques

  • Quantité : 24 000 000
  • Date d'émission : 21 août 1968
  • Imprimeur : British American Bank Note Company
  • Dentelure : 10
  • Scott : #484

Valeur des timbres Hon. George Brown, 1818-1880 - 5 cents 1968

La valeur d'un timbre de Hon. George Brown, 1818-1880 - 5 cents 1968 varie en fonction de sa rareté, son état de conservation, de l'offre et la demande ansi que de plusieurs autres facteurs. Les valeurs affichées dans cette section sont basées sur le marché, les tendances, les enchères et les publications reconnues. Cette section regroupe également des informations concernant les caractéristiques et les erreurs et variétés.

Glisser

VGFVFFDC
Hon. George Brown, 1818-1880 - 5 cents 1968 0.03 $ 0.06 $ 0.09 $ 1.20 $
VGFVF
Hon. George Brown, 1818-1880 - 5 cents 1968 0.03 $ 0.05 $ 0.09 $
VGFVF
Hon. George Brown, 1818-1880 - 5 cents 1968 0.05 $ 0.10 $ 0.18 $

Description

George Brown, un des Pères de la Confédération canadienne, était un homme de stature imposante, qui savait lutter avec courage pour défendre les causes qui lui tenaient à coeur. L'horreur qu'il éprouvait à l'égard de l'esclavage et son dévouement aux principes humanitaires étaient notoires, et il n'est que juste que le 150e anniversaire de sa naissance qui tombe en 1968, année internationale des droits de l'homme, soit commémoré par ce timbre. George Brown est né le 29 novembre 1818 à Alloa, port de mer exposé aux mascarets de l'estuaire du Forth et situé à quelque 35 milles d'Édimbourg, en Écosse. À l'occasion de l'achèvement de ses études à l'Académie du sud d'Édimbourg, un des membres du corps enseignant a prévu, dans le commentaire suivant, la carrière énergique et pleine de distinction de George Brown: «Ce jeune homme est non seulement doué d'un grand enthousiasme mais il semble avoir aussi l'art de le communiquer aux autres». Ce n'est qu'en 1838 que Brown traversa l'Atlantique en compagnie de son père pour chercher un nouveau mode d'existence en Amérique du Nord. À New York, le père et le fils se consacrèrent au journalisme et fondèrent dans la suite le British Chronicle. Peu satisfait du milieu où il vivait, le jeune Brown quitta les États-Unis avec son père en 1843 pour s'installer au Canada où il était destiné à jouer plus tard un rôle prépondérant dans la politique et dans l'établissement du Canada en pays.

Peu après leur arrivée à Toronto, les Brown fondèrent un hebdomadaire The Banner. En 1844, le jeune Brown participa de même à la fondation d'un autre hebdomadaire, The Globe qui, sous l'impulsion énergique du futur Père de la Confédération, se changea bientôt en quotidien. Pendant 36 ans, Brown eut une influence incontestable, sur la destinée de ce journal, qui devait acquérir une distinction spéciale dans les annales du journalisme canadien. George Brown était un travailleur infatigable dont l'ambition était de donner au pays un gouvernement compétent. Il fut l'un de ceux qui plaidèrent en faveur de l'union avec le Canada des vastes plaines fertiles qui s'étendaient à l'Ouest du Haut-Canada jusqu'aux Montagnes Rocheuses, et c'est un fait admis qu'on doit en grande partie à ses efforts persistant l'acquisition par le Canada des territoires du Nord-Ouest. Brown entra au Parlement en 1851; une triste ironie du sort a voulu qu'il n'ait jamais réussi à s'y faire réélire après l'établissement de la Confédération en 1867. Il avait auparavant joué un rôle éminent aux Conférences de Québec et de Charlottetown. Il siégea au Sénat canadien en 1873 et fut délégué en 1874 à titre de plénipotentaire auprès des États-Unis. Il refusa plus tard le titre de chevalier et sa nomination comme lieutenant-gouverneur de l'Ontario.

Les historiens nous ont donné une mesure de la grande valeur de cet homme dans leurs rapports sur sa vie de politicien. Reconnu comme un adversaire endurci de John A. MacDonald, qui devait plus tard devenir le célèbre sir John A. MacDonald et le premier des premiers ministres du Canada, George Brown a donné une image remarquable du «déni de l'intérêt personnel en faveur de l'intérêt du pays». En 1864, pour mettre fin à une impasse politique, il unit ses efforts à ceux de son adversaire politique, MacDonald, et aida ainsi à ouvrir la voie aux négociations qui aboutirent à l'établissement de la Confédération. George Brown eut une fin tragique: il mourut d'une blessure que lui infligea un ouvrier mécontent qui fut puni dans la suite par la pendaison. Assis à son bureau privé dans l'après-midi du 25 mars 1880, Brown fut abordé par un homme qui lui demanda de signer une attestation couvrant ses années de service satisfaisant dans les bureaux du journal. L'assaillant était inconnu de Brown, mais il fut plus tard établi qu'il avait été employé à la salle d'entretien des presses d'imprimerie du Globe et qu'on l'avait renvoyé pour alcoolisme. L'homme était armé d'un pistolet qui se déchargea tandis qu'il se colletait avec Brown, blessant ce dernier à la cuisse. On avait alors jugé que la blessure n'était pas assez grave pour mettre la vie de Brown en danger; il se passa plusieurs semaines avant que des complications n'amenèrent sa mort le 10 mai 1880.

Origine du visuel

Conçu par Nickolay Sabolotny

Note

Les valeurs affichées dans cette page sont en dollar canadien.