Philacanada - GT classe K2 type 4-6-4T - 34 cents 1985 - Timbre du Canada - Valeur des timbres canadiens

Vous êtes : Accueil » Timbres » Valeur » GT classe K2 type 4-6-4T - 34 cents 1985

GT classe K2 type 4-6-4T - 34 cents 1985 - Timbre du Canada

GT classe K2 type 4-6-4T 1985 - Timbre du Canada

Caractéristiques

  • Quantité : 10 062 000
  • Date d'émission : 7 novembre 1985
  • Imprimeur : Ashton-Potter Limited
  • Dentelure : 12.5 x 13
  • Scott : #1071

Description

Espoirs illimités, dettes innombrables, consolidation et renouveau. Voilà qui résume l'histoire des chemins de fer canadiens entre 1906 et 1925. L'engouement du début du XXe siècle pour les chemins de fer a entraîné la construction de trois lignes transcontinentales. En 1885, Donald Smith enfonçait le dernier crampon sur la ligne du Canadien Pacifique. Quinze ans plus tard, le boom économique, la croissance de l'industrie minière, le développement rapide des Prairies et l'optimisme qui régnait furent à l'origine d'une forte demande pour de nouvelles lignes de chemin de fer. Les entrepreneurs et les politiciens ne se firent pas prier pour satisfaire à la demande. William Mackenzie et Donald Mann, par exemple, commencèrent comme entrepreneurs du Canadien Pacifique dans l'Ouest canadien. En 1897, au Manitoba, ils établissent leur propre chemin de fer, d'une longueur de 197 km (123 milles). Leur réseau, que l'on appela plus tard le Canadien Northern, s'étendit rapidement, plus particulièrement dans le nord des Prairies. Lorsque Mackenzie et Mann en eurent assez de faire transporter des marchandises dans l'est du Canada et sur la côte du Pacifique par des concurrents, ils contractèrent la « fièvre du transcontinental ». Ils commencèrent à travailler leur propre ligne transcontinentale après que le Grand Trunk, chemin de fer de l'Est très important, eut refusé de s'associer avec eux pour les travaux de construction. Le Grand Trunk, par contre, aurait bien voulu pénétrer le marché florissant de l'Ouest canadien. Il décida donc de construire une filiale, le Grand Trunk Pacific, de Winnipeg à Prince Rupert et de louer une ligne du gouvernement fédéral qui irait de Moncton à Winnipeg, en passant par la ville de Québec. Des subventions et des terres gouvernementales et la garantie du gouvernement d'émettre des obligations à diffusion restreinte suffirent largement à financer le Canadian Northern et le Grand Trunk Pacific. L'augmentation des coûts de construction, la récession et la guerre finirent par avoir raison de ces compagnies. Les prêts privés se firent rares. Les effets bénéfiques de l'immigration sur l'exploitation ferroviaire cessèrent. Si, au début, les compagnies ferroviaires avaient connu quelque succès, elles comptaient désormais sur l'aide du gouvernement fédéral. En 1917, le gouvernement entama un processus de nationalisation après en avoir conclu que les entrepreneurs ne cesseraient jamais de drainer les fonds du trésor public et que la cote de crédit du pays souffrirait de leurs faillites. En 1923, le Canadian Northern, le Grand Trunk Pacific, le Grand Trunk affaibli par sa filiale et plusieurs autre chemins de fer en mauvaise posture furent regroupés pour former la compagnie des Chemins de fer nationaux du Canada. Ce troisième jeu de la série sur les locomotives a été conçu par le graphiste montréalais Ernst Roch. Les dessins méticuleux de locomotives de cette période - du Canadien Pacifique de classe P2a, du Canadian Northern de classe 010a, du Grand Trunk de classe K2, des Canadian Government Railways de classe H4D - présentent, dans une richesse de détails, le système de traction. Les tons de gris rappellent les couleurs typiques des locomotives de cette époque.
Société canadienne des postes. [Communiqué de presse d'un timbre-poste], 1985.

Origine du visuel

Conçu par Ernst Roch

Note

Les valeurs affichées dans cette page sont en dollar canadien.