Philacanada - Costume de cérémonie - 10 cents 1976 - Timbre du Canada - Valeur des timbres canadiens

Vous êtes : Accueil » Timbres » Valeur » Costume de cérémonie - 10 cents 1976

Costume de cérémonie - 10 cents 1976 - Timbre du Canada

Costume de cérémonie 1976 - Timbre du Canada

Caractéristiques

  • Quantité : 10 350 000
  • Date d'émission : 17 septembre 1976
  • Imprimeur : Ashton-Potter Limited
  • Dentelure : 12.5
  • Scott : #581

Description

Les Iroquoiens qui comprenaient les tribus des Agniers, des Onneiouts, des Onontagués, des Goyogouins, des Tsonnontouans, des Ériés, des Neutres, des Hurons et des Pétuns parlaient des dialectes d'une même famille linguistique. Au début du XVIIe siècle, ces Amérindiens habitaient le Sud de l'Ontario et l'Ouest de l'État de New York, région qu'ils appellaient «Cette ancienne île, l'univers sur le dos de la tortue». Les avis sont partagés sur la durée de leur implantation dans cette région. Une théorie veut qu'ils y soient arrivés assez récemment. Une nouvelle théorie avance qu'ils y ont vécu pendant des millénaires. Les Iroquoiens, puissants sur le plan militaire, étaient également de fins politiques et diplomates qui dressaient adroitement les uns contre les autres colons français et anglais. Les Iroquoiens construisaient des villages semi permanents, habituellement sur un terrain élevé, et les entouraient d'une palissade en bois. Le village était habité par trois ou quatre cent familles qui vivaient dans cinquante ou cent «longues maisons» - des charpentes en bois couvertes d'écorce. Une vieille femme présidait aux destinées de chaque longue maison qui abritait plusieurs familles apparentées du côté féminin. Les villages étaient entourés d'immenses champs, durement arrachés à la forêt. Les femmes cultivaient le tabac, la citrouille, la fève et la courge, mais le maïs, dont les Iroquoiens connaissaient environ quinze variétés, était la culture principale. A eux seuls, les Tsonnontouans en cultivaient jusqu'à un million de boisseaux par an. Heureusement, les Amérindiens savaient l'apprêter de plus de quarante façons et ils pouvaient complémenter leur menu de sauterelles frites et d'autres mets de choix. Les Iroquoiens cueillaient plus de cent variétés de plantes sauvages pour leur alimentation et savaient préparer deux douzaines de boissons différentes. La pêche et la chasse occupaient une place importante, mais comme le gros gibier ne survivait pas à proximité des villages, les hommes consacraient la fin de l'automne et le début de l'hiver à le traquer sur des terrains de chasse éloignés. Les méthodes d'agriculture obligeaient les Iroquoiens à déplacer leur village tous les dix ans environ parce que le sol s'appauvrissait et parce que la forêt était repoussée à des distances qui rendaient le ramassage du bois laborieux. Peuple religieux, les Iroquoiens croyaient que de nombreux esprits habitaient la nature. Des fêtes religieuses saisonnières coïncidaient avec la montée de la sève des érables, le mûrissement des fraises et d'autres événements de ce genre. Pendant la fête du milieu de l'hiver, les Indiens brûlaient des feuilles de tabac pour demander le retour des choses qui croissent. Les Indiens célébraient, à plusieurs années d'intervalles, la fête des morts au cours de laquelle ils creusaient une fosse dans laquelle ils ensevelissaient ceux qui étaient morts depuis la dernière fête, afin qu'ils puissent faire ensemble le voyage vers l'autre monde. Des rites compliqués et des danses, accompagnés de musique (les Iroquoiens connaissaient quinze ou seize instruments) faisaient partie intégrante des cérémonies religieuses. Les Indiens interprétaient les songes pour y trouver des conseils dans toutes les affaires importantes de la vie et ils étaient d'avis qu'un désir subconscient pouvait rendre le corps malade jusqu'à ce qu'il soit exaucé. M. Ray Webber a photographié les objets façonnés; il s'agit, de gauche à droite, d'un masque en spathes de maïs, d'un hochet en écaille de tortue, d'un masque de Visage, d'un récipient en terre cuite et d'un casse-tête. Le Royal Ontario Museum et le Musée national de l'Homme ont fourni les objets. Le timbre consacré au mode de vie représente une aquatinte d'un campement iroquoien, par Georges Heriot. La gravure est tirée de son livre «Travels in the Canadas». M. Lewis Parker a réalisé une aquarelle du costume de cérémonie des Iroquoiens pour le timbre consacré aux costumes. Georges Beaupré est l'auteur du timbre consacré au symbolisme graphique qui montre une version iroquoienne de l'oiseau-tonnerre. Il a aussi réalisé la typographie de toute l'émission.
Canada. Ministère des Postes. [Communiqué de presse d'un timbre-poste], 1976.

Origine du visuel

Conçu par Georges Beaupré
D'après une peinture de Lewis Parker

Note

Les valeurs affichées dans cette page sont en dollar canadien.